Un accouchement naturel

Je me suis octroyée une pause blog, pour fabriquer tranquillement ma descendance :). Mon tout petit est né le 16 mai à 12h58, il se prénomme Elio il contribue au bonheur de notre famille. J’avais hâte de vous parler de mon accouchement qui s’est déroulé de manière assez atypique pour moi.

Vous le savez sûrement j’ai passé une grossesse naturelle, et le plus possible Zéro déchet et bien bébé est pareil zéro déchet et nature !

Je vais remonter le temps, il y a un peu plus d’un mois…le jour J tant attendu, oui selon la date donné ma DPA était le 9 mai, nous savons bien que cette date peut être plus ou moins correcte, du coup je ne me suis pas inquiétée outre mesure en dépassant le terme. Ceci dit j’ai trouvé cela long, tant par mon impatience de le voir et de le serrer dans mes bras.

Nous sommes donc le 16 mai il est 6h30, je sens des contractions, tout à fait supportable, mais je me dis que c’est pour aujourd’hui, je le sens. Je me lève donc tranquillement, averti chéri, puis ma sage femme (pour qu’elle contacte l’hôpital, oui je dois accoucher en plateau technique) et je continue ma journée comme à son habitude, potager, ménage etc…et nous finissons en fin de matinée par une petite promenade, au cours de laquelle je sens que le travail va bon train. Nous prenons donc la direction de la commune voisine pour voir où en est le travail au cabinet de ma sage femme.

Je souffle et j’accueille la douleur plutôt bien en arrivant devant chez elle, il est 11h30 (de mémoire). Elle m’ausculte et me dit que nous avons le temps, je suis ouverte à 3, du coup nous décidons d’aller nous promener, et de nous arrêter à la pharmacie pour prendre des tubes d’homéopathie. A peine nous avons tourné dans la rue, je dis à chéri qu’il va devoir continuer seul, une violente contraction m’assaille de par en par, j’ai du mal à gérer cette nouvelle intensité, il est 11h45. Je me dirige en haletant dans le jardin de ma sage femme, car dans ma tête, et non dans mon corps, je me dis que j’ai le temps…et pourtant d’autres contractions violentes me font dire que cet accueil va être terrible s’il dure longtemps, du coup la panique s’installe en moi. Je gère tant bien que mal ces nouvelles contractions, accroupies dans l’herbe entre 2 poiriers, il est 12h05. Ma sage femme en m’entendant, sort de son cabinet et vient me voir, je dois avoir l’air ahurit, puisqu’elle me dit de la suivre dans son cabinet pour une nouvelle auscultation. 12h15 elle me regarde, et me dis nous n’aurons pas le temps daller à l’hôpital, je suis ouverte à 8, une autre contraction me saisit avec une envie de pousser quand je me relève…

Je vous précise que chéri n’est toujours pas revenu, elle prend donc son téléphone et lui dit de revenir rapidement le travail étant commencé. Elle prépare rapidement son cabinet pour m’installer, en attendant je gère ou pas ma douleur et ces contractions qui s’accélèrent à la vitesse de l’éclair, arrivant à peine à reprendre mon souffle, et là je sais que je perds pied. Chéri arrive, il est 12h35 pendant que moi je continue avec les encouragements de A (ma sage femme), j’hurle, j’halète, je vocifère, le côté animal prend toute sa place, je le sens descendre, et je me sens fatiguée, épuisée, je répète que je n’y arriverais pas, et je bloque, j’ai peur de ne pas réussir, je perds ma confiance en moi, et je continue à hurler pourtant chéri essaie de me rassurer, de m’aider, mais rien n’y fait. Je suis à 4 pattes, j’essaie le côté, et je reviens à 4 pattes, et ça y est il est 12h58, je sens qu’il est sorti, je ne l’entends pas, très vite elle nous dit que tous va bien, qu’il avait le cordon autour du cou et qu’il est choqué de la descente si rapide, je suis aussi choquée, les mots me viennent, mais j’ai du mal à réagir. A me pose mon bébé sur moi, nous faisons du peau à peau pendant 30 mn et tout revient dans l’ordre. Elio a sa première tétée et moi je prends enfin mes esprits, et je prends toute la dimension de cet accouchement qui fut intense et en même temps tellement magnifique ! J’aurais aimé géré mieux mes contractions, mais je me dis aussi que j’ai fait ce que j’ai pu avec mon histoire.

Nous prenons notre temps pour nous câliner, nous présenter et reprendre des forces, nous sortons vers 17h30 pour récupérer notre mini qui était gardée, du coup à 18h passé nous sommes à trinquer au bord d’un étang. Il dort paisiblement et je me sens bien, pas groguis mais libérée et apaisée de le tenir dans mes bras.

Une nouvelle page se tourne et commence pour nous….

Bienvenu à Elio dans notre famille 🙂

Témoignage d’une autre maman, je la remercie de sa confiance :

L’article de Céline m’a fait du bien ! J’ai voulu lui partager cela dans un commentaire… mais qui était trop long ! Donc impossible à poster ! Et de fil en aiguille, on en est arrivé à un billet que voici pour partager mon expérience avec vous !
Je ne suis pas du genre à partager ce genre de choses… Pourquoi je le fais ? Je crois qu’il est important qu’on soit nombreuses à partager nos expériences car entre ce qu’on apprend dans les cours de préparation à l’accouchement et/ou dans les livres et ce qui peut se passer, il y a de multiples possbilités ! Et de nombreuses inconnues ! Alors peut-être que pour un certain nombre de femmes l’accouchement se passe à peu près comme dans les livres mais dans la vie, cela peut bien souvent se passer autrement ! Dire que chaque accouchement est une expérience unique n’est pas du bla bla ! C’est terriblement, merveilleusement intense… et imprévisible ! Surtout si on opte pour un accouchement naturel je crois… Aussi une des meilleures préparations à l’accouchement que vous pouvez vous offrir… c’est d’être le plus prête possible à accueillir et vivre toute éventualité ! 😉

J’ai accouché le 1er juin d’une petite Ellie… ma première ! Au programme : Accouchement en plateau technique ! L’idéal ? Accoucher à la maison ! Mais des sages-femmes qui pratiquent l’accouchement à domicile se font rares… Il m’est très difficile d’imaginer un accouchement « dépersonnalisé » et avec peu d’intimité… Bref, avec chéri cela nous a paru le meilleur compromis… et puis lorsque nous sommes allés rencontrés la sage-femme du secteur qui le propose avant de démarrer la conception de bébé, nous avons été convaincus de notre choix car on s’est senti sur la même longueur d’onde avec elle ! Encore une sage-femme en or !

Ce matin du 1er juin, « une espèce de contraction » pointe son nez à la fin du petit-déjeuner avant que chéri ne parte travailler… Mais vraiment très très légère ! Donc je me dis que c’est plutôt bien que des signes commencent à arriver car le terme est prévu pour le 10/06 et je ne voudrais surtout pas être déclenchée (ici on a le droit de dépasser de 5 jours seulement, même si le calcul de cette date est un peu aléatoire ! Bref!)… car jusqu’à présent les jours passent et aucun signe de l’arrivée imminente de cette petite fée ! Et donc cette idée que ça se prépare me rend joyeuse ! À ce moment-là, je n’imagine pas qu’en fait c’est le début… !!!

Je commence ma matinée en préparant les enveloppes des futurs faire-parts enfin reçues la veille ! Environ 45 minutes après cette première amorce, à nouveau une espèce de sensation dans le bas du ventre… mais toujours très léger… je ne sais même pas dire si c’est une contraction car c’est beaucoup moins fort qu’une contraction que je peux avoir lorsque j’ai mes règles ou que j’avais pu avoir en fin de 2ème trimestre! Bon, bizarre… Je note quand même l’heure de ces 2 premières « sensations » et je continue mes enveloppes, j’écris les adresses, je tamponne… et 45 minutes après rebelote… étrange quand même que ce soit régulier ! Et puis dans la matinée ça va se rapprocher à 30 minutes… Juste une sensation diffuse, pas douloureuse, j’en profite pour m’exercer à bouger le bassin pour m’entraîner à « gérer » lorsque ce sera le jour J ! La fin de la matinée arrive… Je me décide quand même à envoyer un petit sms à ma sage-femme… Je me dis que c’est sûrement un faux travail ou le début du travail pour dans quelques jours mais comme les contractions ont beau être espacées mais régulières, je préfère lui envoyer un petit message… Elle m’appelle vers 12h15, juste après une nouvelle « contraction », qui commence à être un peu plus forte quand même mais largement light par rapport à ce que j’imagine ! À ce moment-là je suis tout à fait en état de parler, je me sens bien, légère, heureuse que mon corps se prépare ! Je la tiens au courant s’il y a du nouveau…
Chéri va rentrer du travail vers 13h… Je me dis que je vais l’attendre pour manger et au cas où le travail s’enclencherait dans la nuit prochaine ou le lendemain, je me dis que je vais nous préparer un bon plat de pâtes histoire de prendre des forces ! Et puis pendant que je prépare les pâtes, vers 12h30, là je sens une contraction, aucun doute ! Et puis une autre 10 minutes après… Heu… là j’avoue que je ne comprends pas trop pourquoi du très léger et très espacé ça devient intense et rapproché d’un coup ! Ça fait partie de l’entraînement ?! Et 10 minutes après rebelote… et là je commence à avoir hâte que chéri rentre du travail !!! Je vais dans la chambre de la puce pour installer les derniers préparatifs au cas où le travail commencerait vraiment… Enceinte pour la playlist préparée dans le téléphone, couverture au sol, ballon, coussins, volets entrebaîllés, bougies, granules d’homéo, fleurs de Bach, l’huile de massage « maison » pour aider le travail et la douleur, ma roue de naissance… tout est là ! Pourvu que chéri soit parti direct sans papoter avec des collègues ! Il finit par arriver, les pâtes sont en train de finir de cuire… Mais les contractions se rapprochent déjà de 5 minutes et même moins… Là je ne parle plus d’un ton aussi léger ! Je m’accroche au plan de travail et je demande à chéri d’appuyer sur les points en bas du dos que la sage-femme nous a montrés pour gérer la douleur…. Entre 2contractions, chéri finit de préparer les pâtes… Il les amène à table et là impossible de m’asseoir ! Et impossible de manger car les contractions sont trop proches ! À ce moment-là, je crois encore que ce n’est pas le travail qui a commencé ! Dans les livres j’ai lu qu’on avait le temps d’aller faire une balade, de préparer un gâteau… donc ça ne doit pas être le moment ! On avait même prévu de préparer un fraisier maison avec chéri pour passer le temps ! Alors direction la salle de bain pour prendre une bonne douche et calmer tout ça… la douche fait du bien mais les contractions sont toujours là ! Et toujours très proches et puissantes… retour au salon et là j’arrive à lui caser entre 2 contractions d’appeler la sage-femme ! Lorsqu’elle décroche, il a peine le temps de lui dire 2 mots que je l’implore de venir appuyer dans le bas du dos juste en grommelant « points, points » !!! Et là, chéri lui explique qu’il est rentré et que les contractions sont proches, moins de 5 minutes, et intenses… Du coup, elle arrive à la maison… Je suis installée dans la chambre, entre la position sur le ballon et l’aide de chéri, c’est intense mais ça peut aller on va dire… Je me dis qu’en fait ça y est, elle arrive, et je suis heureuse ! Au monito la puce va bien… elle m’examine, je suis déjà à plus de 5cm ! Là elle m’explique que c’est plutôt un travail rapide et qu’on ne tardera pas à partir direction la maternité… On reste à peine une petite heure à la maison, et il faut partir à la maternité… Mais ça me paraît juste mission impossible ! J’avoue que j’aurais aimé que ça aille encore plus vite pour qu’on n’ait pas eu le temps d’aller à la maternité ! Rester à la maison dans notre cocon… Mais là si, y a le temps… Je n’ai vraiment aucune envie de monter en voiture… déjà aller jusqu’à la voiture est compliqué… m’y installer aussi… les vibrations de la voiture amplifient la douleur… Je lui fais quand même faire 3-4 arrêts pour qu’il vienne essayer de me soulager ! Pendant le trajet, je sens que la douleur prend toute la place, je n’ai pas la force d’attraper ma trousse avec l’homéo et les fleurs de Bach… Le trajet me semble interminable et je maudis le service de la voirie qui a fait installer autant de dos d’âne !!!
On finit par arriver à la maternité (je vous passe les détails de la violente contraction qui arrive en plein milieu du hall des urgences ! bonjour la discrétion!)… J’ai la chance de disposer de la nouvelle salle physio de la mater !
Là elle me propose un bain… je dis oui ! Pendant toute ma grossesse j’ai rêvé d’un bain et j’ai failli acheter une baignoire de naissance pour la phase de travail à la maison ! Et finalement, une fois dans la baignoire, je n’ai pas aimé ! Impossible de trouver une position dans laquelle je me sentais bien, aucun soulagement apporté par l’eau chaude… et je me demande quand vont arriver les « pauses » entre les contractions ou entre certaines phases du travail comme on le lit dans les livres ! Lorsque je suis dans la baignoire, finalement je n’ai aucune envie d’écouter ma playlist ! Et là encore, je suis incapable de demander à chéri mes granules et mes fleurs de Bach… Pourtant j’essaie de me concentrer sur les visualisations, de me connecter à ma petite fée qui arrive mais rien n’y fait ! Je suis littéralement submergée par la douleur ! Pourtant chéri et la sage-femme sont des soutiens en OR !
Après la baignoire, direction le grand lit et sa belle écharpe pour s’accrocher… impossible de trouver une position qui me soulagerait un tant soit peu, impossible de me dégager de la douleur pour dire une phrase sensée ou demander quelque chose, juste la sensation de me faire mener par cette douleur sans pouvoir prendre le contrôle de la situation ! Seuls des sons et des cris sortent de ma bouche… je finirai seulement par dire 2 phrases : « J’ai déjà envie de pousser » (et en fait je peux car je suis déjà en dilatation complète) et plus tard, « Je crois que je ne vais pas y arriver ». Sauf que j’ai l’impression de pousser… dans le vide ! Je pousse de toutes mes forces mais je ne sens rien qui se passe dans mon corps… j’ai dû louper un truc dans les explications ! Et autant jusque là je n’ai eu aucune notion du temps, là je commence à sentir les minutes passer et la fatigue qui prend le dessus… Je change je ne sais combien de fois de position, je demande à la sage-femme de me guider car spontanément je ne sais plus, je n’ai aucune idée de la position que je pourrai prendre… Je prends conscience que la dernière ligne droite risque d’être plus longue et ardue que prévue ! Mais finalement, elle arrive… Je suis rassurée car la sage-femme me confirme que tout va bien pour notre petite fée, elle, elle gère ce voyage très bien ! Ça me rassure… car à force de pousser ainsi dans le vide, pendant un moment j’ai un peu peur pour elle et qu’il faille la sortir aux forceps… Mais non, elle arrive, entre chéri et moi et elle est là, toute paisible… à peine quelques petits cris pour nous dire « je vais bien » et la voilà blottie et si sereine contre moi… On attend que son cordon cesse de battre avant que chéri ne lui coupe… Un peu plus tard elle est en peau à peau contre son papa, je suis si émue de la voir dévisager ainsi son papa… et je suis si reconnaissante d’avoir pu lui offrir une telle arrivée parmi nous, qu’elle soit arrivée si sereine et en pleine santé et d’avoir été ainsi accompagnée par ma sage-femme et mon chéri! Et qu’au final tout se soit si bien passé !
Certes, ce n’était pas comme je l’imaginais, ce n’était pas tout à fait comme je l’aurais souhaité mais en fait c’était très bien ainsi, on a tous fait de notre mieux et c’était parfait ainsi ! Et en fait, on ne retient que l’immense bonheur d’accueillir cette belle âme dans nos bras!

Après l’accouchement je me suis vraiment sentie bien, c’était si naturel d’être tous les trois. J’aurais aimé rentré à la maison de suite… les 3 jours à la maternité ont été longs… mais bon, ils sont passés… Que du bonheur de se découvrir et de prendre nos marques pour la suite de notre belle aventure démarrée ensemble il y a bien des mois…

PS : Je fais partie de ces mum’s pour qui les valeurs de simplicité et écologie font partie de leur mode de vie… Dans notre home sweet home pour l’arrivée de la puce, c’est passé par exemple par déjà réfléchir ce dont on avait besoin (… ou pas!), des achats d’occasion quand c’était possible, le choix de couches lavables (pour le moment tout se passe bien), l’allaitement, la fabrication maison des meubles de sa chambre (en inspiration Montessori) à partir de bois brut et une peinture saine maison aussi à base de pommes de terre et de lait !

PS 2 : Une petite astuce green si votre petit bout démarre un érythème fessier : Lorsque vous changez sa couche, saupoudrez ses fesses avec de l’argile blanche ! Simple, sain (pas de crème remplie de pétrole, de perturbateurs endocriniens et autres substances), économique… et surtout très efficace !
Et une autre astuce green pour vous si vos seins sont douloureux à la montée de lait : un bon cataplasme d’argile verte ! Dans mon cas, plus efficace que les feuilles de choux !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

17 comments

  1. Claire Rêves de fripouilles says:

    Olalala quel bel accouchement! ça me rappelle un peu celui de mon petit 4ème… en 50 minutes il était là, je n’ai pas trop eu le temps de me rendre compte de ce qui se passait mais j’ai adoré être en fusion avec les sensations de mon corps…
    Bienvenue Elio et féilicitations

  2. Isabelle d'Ezevel says:

    Hello,
    Normal de perdre pied avec une dilatation aussi rapide.
    Je me rappelle moi aussi cette sensation de bien être après. Mes 2 derniers accouchement n’aurait pu sauter partout une fois la délivrance passée 😉

  3. Maud says:

    Quel bel accouchement 🙂
    je me reconnais dans ta description de cette douleur qui fait perdre pied <3
    Je suis heureuse pour toi que cet accouchement se soit passé (presque) comme tu l'avais imaginé 🙂

N'hésitez pas à me faire part de vos avis.....