Chacun son éducation, ses valeurs…

Le soleil vient de se coucher, la table du repas a été mise, mes 2 frères jouent dans leur chambre ensemble, et ma mère tricote sur le canapé !
La porte d’entrée s’ouvre, je sursaute, mon ventre se tort, j’écoute à la porte pour savoir, savoir si ma mère va raconter sa journée. Une journée fatiguante pour elle par le comportement de mes frères. J’entends les lourds pas de mon père, fatigué par sa journée de travail….les larmes me montent aux yeux, il ouvre en fracas la porte de chambre où se trouve mes frères, entre les mots dévalorisants et les pleures de mes frères, j’étouffe un cri dans l’oreiller, je suis terrorisée, angoissée. Je cours, les jambes tremblotantes vers la chambre pour consoler mes frères, je ne sais pas quoi faire d’autres, je me sens inutiles.

Les jours passent sans peur, combien je ne saurais le dire, les moments refoulés y sont nombreux. A d’autres occasions, pour éviter de se faire mal à la main, ma mère utilisait une cuillère en bois, qui se fendait de temps en temps !

Nos parents, arrières grands parents, en terme d’éducation étaient assez restreints, fessées, punitions, humiliations, gifles, martinet, tout était bon pour faire « plier » un enfant sous le joug de ses parents qui usaient d’autoritarisme. A aucun moment ils ne considéraient leurs enfants comme des êtres bien pensants, avec une personnalité, avec une morale. Un enfant était la propriété de ses parents et devait faire, penser, agir, comme ses géniteurs leur disaient…sinon ça tombait…

Je me rappelle cette frayeur, cette crainte, que mes parents m’inspiraient, je ne me souviens qu’à de rares occasions de l’amour transmis, même s’ils m’aimaient. Le respect nous n’en avions pas, ni de la valorisation, et encore moins d’amour…

Je me souviens de tellement de choses, de choses enfouit en moi…que lorsque j’entends des parents dire encore au XXIème siècle, j’ai pris des fessées et je n’en suis pas mort…n’en soyez pas aussi sûr, vous ne savez pas comment vous seriez si vous aviez été élevé dans le respect, l’amour, et la valorisation. Peut être qu’une tape sur les mains ne tue pas, pourtant si on vous le faisait, ne vous sentiriez vous rabaissé ? Humilié ? Comment voulez-vous qu’un enfant se construise dans le respect, si nous en tant qu’adultes nous le respectons pas ?

Si nos parents nous élevaient ainsi, je peux le comprendre et encore….mais aujourd’hui avec l’expérience, internet, l’information à portée de clic, les pays émergents en ce domaine qui grandissent, et tous ces siècles où nous avons engendré des enfants devenus adultes avec des tares (manque d’empathie, méchants, violents, irresponsables et infantilisants, manque de confiance en soit…).

Une carapace, une armure s’est construite autour de moi, la communication encore aujourd’hui reste compliquée pour moi surtout sur les sentiments, le côté impulsif reste dur à gérer pour moi, mon enfance a été brisée, ne parlons pas de mes relations inexistantes avec mes parents, l’impression d’être une moins que rien, le manque d’amour envers moi même….voilà les effets des fessées, gifles, châtiments corporels de tout genre….

Et pourtant je n’y ais pas échappé, j’ai commencé la même éducation avec ma première, avec moins de force, mais j’ai donné des fessées, encore aujourd’hui je m’en veux de cette faiblesse.

Depuis j’ai grandi, j’ai lu, j’ai parlé avec des gens, j’ai pardonné à mes parents, (même si je préfère qu’ils ne fassent plus partis de ma vie), j’ai rencontré mon chéri, et j’ai pris sur moi,….je grandis encore, je me remets en question chaque jour qui passe…j’essaie de changer encore et toujours…pour élever mes filles dans la bienveillance. Même si des fois je dérape j’ai conscience qu’il faut que je me change, que je trouve d’autres alternatives !!!

Ne nous trompons pas, je ne suis pas laxiste, mes filles ne me manquent pas de respect, et ne me crachent pas dessus…il y a des règles, mes filles sont polies, adorées des commerçants, de notre entourage, et pourtant pas de fessées pour y arriver ! Ma mini 2 ans dit même « bonjour madame ! »

Ne nous voilons pas la face, une autre éducation, est dure, longue, contraignante, nous ne sommes plus les plus forts contre les plus faibles, nous sommes ensemble, grandissons ensemble, apprenons à vivre ensemble.

Dire qu’une loi va faire changer les choses, j’en doute, j’aimerais plutôt qu’on me dise que le gouvernement pour une fois, va prendre les choses en main, pour aider, accompagner ses parents, donner des guides dès qu’une famille se forme, proposer des formations, des tables rondes, des discussions pour toutes et tous. C’est l’affaire de chacun ! C’est de demain que nous parlons, allons nous rester dans la violence qui engendre la violence….Là où je me dis qu’on marche sur la tête c’est que nous parents ça ne nous choque pas de mettre une fessée, mais que si un camarade ose mettre « un coup » tout de suite c’est la fin du monde….je ne comprends pas trop !

C’était ma participation au rdv les jeudis de l’éducation de chez Valérie !

macaron-rdv-education

Si vous voulez en savoir plus sur la bienveillance je vous invite fortement à aller lire ces blogs, qui en parlent avec beaucoup d’amour et de bienveillance !

Babybaboo

S’éveiller et s’épanouir de manière raisonnée

Parentalité et couture

Vero vire au vert

Reggio et twins

Tite pomme zen

fessée

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 comments

  1. Aloès says:

    Je suis d’accord sur toute la ligne. Juste une loi ne changerait rien si ce n’est stigmatiser les uns et les monter contre les autres. Donnons les moyens à tous de faire autrement, voilà où il faut mettre les efforts.

  2. mamanfun says:

    J’ai vécu une enfance similaire, qui a laissé beaucoup de séquelles. Il m’est arrivé de donner une fessée sous le coup de la peur ( comme je l’ai expliqué dans mon dernier article) et je m’en suis beaucoup voulue après. je ne suis pas une mère parfaite, je suis humaine et je fais des erreurs. Mais une chose est sûre: je refuse que mes enfants grandissent en ayant peur de moi, sans tomber dans le laxisme non plus. Aujourd’hui moi aussi j’ai pardonné à mes parents, mais je les vois très peu; J’ai toujours pensé qu’un enfant ne se dresse pas, il s’éduque, et pour cela il faut du respect, de la bienveillance, et mes enfants sont très polis et ont les valeurs que je leur ai inculquées, je suis fière d’eux;;;je dois d’ailleurs prochainement écrire un article sur le sujet;merci pour ton billet.

N'hésitez pas à me faire part de vos avis.....