Les devoirs, une corvée, mais pour qui ?

Ma grande a 11 ans, elle est rentrée à l’école à 2 ans, je dirais que ça fait 5 ans qu’elle a des devoirs….5 ans de corvée pour elle et pour moi, mais pourquoi tant de pression ? Tant d’acharnement ? Pourquoi en ont-ils besoin ? Ou pas d’ailleurs…

Les devoirs

Les devoirs écrits

Les devoirs écrits ont été interdits en 1956, et selon cette même loi les journées ont été allégées pour que les devoirs éventuels soit fait en classe….comme quoi ça ne date pas d’hier les réformes qui durent qu’un temps….
Ici les devoirs sont sources de conflits depuis toujours, d’une part ça m’agace de perdre du temps sur quelque chose qui devrait être vu à l’école, ça m’agace aussi de devoir réexpliquer quelque chose, donc de faire l’enseignante le soir à 20 h, parce qu’on utilise toujours la même façon archaïque d’apprendre. Vous vous souvenez je parle déjà de la refonte de l’école, ce qui rejoint mon ressenti général sur les devoirs, ils sont standardisés, notés sur un agenda, ou un cahier de texte…

Avant je travaillais comme une dingue, je partais à 8h le matin pour rentrer à 19h voir plus tard le soir, ce qui est exaspérant c’est que la 2ème journée commence, avec les devoirs…franchement je vous le concède que c’est fatiguant. Du coup, la fatigue, le stress, et voilà que ça crie, ça pleure, ça rechigne…. Maintenant que je travaille chez moi, j’avoue que je me prends moins la tête, …et ma fille fait ses devoirs mais bon y’a t’il un besoin derrière cela…j’en suis moins sûr !

Coupable, pas coupable,

Je me sentais coupable lorsqu’elle ne faisait pas correctement ces devoirs….j’avoue que maintenant, elle les fait, mais je ne prends pas la tête à la harceler. Elle sait qu’elle doit les faire, mais j’avoue ne pas y attacher une quelconque importance. Après pour appréhender une notion on répète ou je cherche diverses façon de l’intégrer, la comprendre, ce qui est 1000 fois plus important que le bourrage de crâne où l’école excelle. Du coup moi même je révise, je cherche des solutions avec Montessori, quand ça ne marche pas j’essaie avec du mind mapping, sinon avec un jeu…bref ici on s’adapte, c’est le maître mot. Mais du coup je me pose souvent la question des personnes qui ne peuvent pas…n’ont pas le temps ou les compétences…

L’inégalité

Ce qui me fait rire en France, on parle souvent d’égalité, mais face à quoi, à qui, selon quelle règle, qu’est ce vraiment l’égalité ? Ne devrions nous pas plutôt aider ceux qui en ont besoin, peu importe la classe sociale, ou la religion, ou même les revenus, ou pas le temps tout simplement…

Du coup je me demande les parents qui parlent mal le français, ou ceux qui ont du mal en math ou avec l’orthographe, ou même simplement, qui on oublié les trucs absurdes que l’on apprend à l’école, dont on ne se sert plus et qui n’ont pas d’utilité profonde.

Besoin, ou pas ?

Mais la question est, nos enfants ont ils besoins de se rallonger déjà leur journée ? Certains me répondrons oui, mais ramenons nous des devoirs de notre travail ? (pour ceux et celles qui en ramènent c’est leur choix)…. Ne peuvent ils pas avoir des devoirs ludiques plutôt qu’ennuyants ! Pourquoi sommes nous si attachés à nous rendre la vie impossible ?

Je pense que la France et les parents ne sont pas prêts encore pour le changement, pour voyager vers de nouveaux horizons, sauf à de rares exceptions. Si on a le malheur de dire que les devoirs écrits sont inutiles, les parents s’insurgent pour avoir cette corvée supplémentaire, pour eux et leurs progénitures.

C’était ma participation aux jeudi éducation 

macaron-rdv-education

Avec en participants :

AUTRES THÈMES :

Rendez-vous sur Hellocoton !

26 comments

  1. Le K ! says:

    Les devoirs écrits interdits depuis… 1956 !!
    SI j’avais su, j’aurais fait un procès à mes profs pour les punitions que j’ai reçues alors que je ne faisait pas mes devoirs ^^

  2. Aubine Prerret says:

    coucou !
    j’ai enfin lu ton article 😉
    Travaillant dans le secondaire, je peux te dire que la plupart des collégiens et lycéens ne font plus leur devoir….Dans le primaire, en effet, c’est interdit depuis longtemps (enfin , les devoirs écrits, pas les révisions de leçon). et ceci par souci d’égalité (mouais….)..
    Je sais que pour ma fille, je prendrais le temps chaque soir de voir avec elle ce qu’elle a vu dans la journée. Si elle a des devoirs à faire, ça ne me dérangera pas (perso j’en avais étant petite et j’aimais bien ça)..et puis, ça l’habituera aussi pour le secondaire.

    Et sinon, une petite expérience a été mené par mon mari qui est prof d’italien dans 3 établissements : 1 de centre ville, 2 ruraux (1 favorisé et 1 défavorisé). Il se rendait compte que dans l’établissement rural défavorisé, il était toujours en retard par rapport aux autres….après une longue discussion ensemble (je suis CPE, et tout ce qui touche au bien être des élèves, à l’épanouissement constitue ma fonction), je lui ai dit : mais comment veux tu qu’ils soient au même niveau sachant que chez eux, personne ne peut les aider.
    Du coup, il a testé de ne plus leur donner de devoir à la maison (devoir écrit), seulement les leçons à réviser. Et à chaque début d’heure, il consacre 10 minutes aux devoirs, qu’ils font tous ensemble. Et bien, ça marche ! depuis qu’il fait ça, les élèves du collège rural défavorisé sont au même niveau (voire meilleurs) que leurs camarades plus gâtés par leur milieu social.

    Aujourd’hui , on parle de plus en plus de l’école inversée. Alors même si j’aime bien le principe Montessori, je pense que ce sera trop compliqué à mettre en place. Mais pour favoriser une équité entre tous, l’école inversée me semble être une bonne innovation (les élèves découvrent les leçons chez eux et font les devoirs en classe, ce qui permet d’approfondir des choses non comprises et permet de sortir du cours purement théorique qui ennuie la plupart de nos élèves).

      • P-rine O'ber says:

        C’est testé dans des pays comme la Finlande? ils n’ont pas les mêmes moyens que nous pour les classes…mais bon, comme je te le disais , je ne connais pas assez cette pédagogie pour donner des exemples. Ce que j’ai en tête par exemple, c’est de grands espaces avec des ateliers où les enfants iraient selon leur envie. Impossible à faire dans nos écoles sans faire des travaux pour agrandir les salles..je pense que c’est une question matérielle en 1er lieu…mais laissons le temps au temps. On en parle de plus en plus et je suis certaine que l’idée va faire son chemin et qu’on évoluera vers ce type de pédagogie (comme pour Freinet que nous CPE, nous adulons !lol)

        • maptitetribu says:

          Et ce que tu expliques c’est Montessori 🙂 mais bon…avec toute l’information que l’on a a porté de clic…on est complètement à côté de la plaque :). Mais je suis ravie que des personnes optimistes persistent à faire changer les choses…malheureusement en France le gros problème comme dans bcp de sujets…c’est l’ignorance, le manque de remise ne question sur soi et l’ouverture d’esprit, on se croit supérieur et bien pensant par rapport aux autres 😉

          • P-rine O'ber says:

            je ne suis pas totalement à côté de la plaque alors (même si je connais très peu cette pédagogie). Et bossant dans l’éducation, je peux t’assurer que nous sommes nombreux à vouloir faire évoluer les choses 😉 mais nous sommes souvent face à un mur (enfin, plusieurs murs): l’administratif, la pression des parents, le jeanfoutisme des élèves….c’est difficile de les motiver pour faire quelque chose qui sort du cadre..pour eux, c’est une perte de temps, leur seul objectif étant d’avoir le bac…mais bon, comme tu le dis, je suis optimiste et je ne lâche rien !

  3. Maman Mammouth says:

    La preuve que les parents eux mêmes ne sont pas prêts à arrêter les devoirs, je l’ai eu en bossant en périscolaire… l’enseignante que j’avais eu en CM2 bossait avec des CP/CE1… très inspirée Freinet, pour elle les devoirs écrits 1 c’est interdit, 2 ça sert à rien. Elle n’en donnait pas, sauf de temps à autre des petites choses à lire ou un mot à chercher… ou le week end elle proposait (et non pas imposait) aux enfants de préparer un petit « exposé »… le lundi (ou mardi, ou jeudi… comme ils voulaient) ils ramenaient des petits objets ou autre de chez eux et en parlaient devant les camarades.

    Bon, je passe sur ses méthodes juste top en classe (faire de la cuisine pour travailler les maths et le vocabulaire, des sorties nature etc)… et bien les parents n’ont pas arrêté de se plaindre, car « ils ne mettent pas leurs enfants à l’école pour faire des tartes », et surtout ils voulaient des devoirs… en CP… non mais où va t-on??

    Et tu as raison en terme d’égalité… les devoirs c’est LE système le plus inégalitaire qui puisse exister.. quand on a la chance d’avoir des parents qui peuvent aider et réexpliquer ça passe tout seul, mais dans le cas contraire? L’enfant se retrouvera vite avec une étiquette pas très positive collée sur le front.

    En tout cas, une chose est sûre… quand mon fils ira à l’école (vu que son papa ne veut pas de l’IEF), je ferai une résistance sans faille aux devoirs écrits lol

    Bref, je m’arrête car je pourrais écrire encore un roman! ^^

  4. Isabelle C says:

    Hello

    Les devoirs pour ma part je trouve ça bien utile. ‘est une manière de s’assurer que ce qui a été vu dans la journée est compris.
    Le niveau scolaire ne fait que baisser, on allège leurs journées puis plus de devoirs
    Et bientôt plus de leçons du tout
    Mes grands parents avaient des devoirs mes parents, ont eu des devoirs, moi aussi
    Et notre niveau scolaire est bien plus élevé (surtout celui de mes grands parents, en moins de temps que nous)

    • maptitetribu says:

      Oulà comme je ne suis pas d’accord…sauf sur le fait justement qu’on reste sur des truc vieux de plus de 100 ans ;). Et pas besoin de devoir pour connaître leur niveau fort heureusement !

  5. Fanny says:

    En tant qu’enseignante dans le spécialisé, je donne uniquement les leçons à relire ou à apprendre. Par expérience, on en donne moins et ce sont les parents qui en réclament. Alors qu’ils disent que c’est source de conflit à la maison…

  6. Laurent - Papa dans un mois says:

    Pour moi les devoirs à la maison je ne trouve pas cela inutile, surtout qu’en général c’est pas le jour même pour le lendemain (enfin pour le neveu de ma femme ça se passe comme ça).

    Après je suis conscient que tous les parents n’ont pas forcément le temps / l’envie / les capacités / etc.. pour suivre et aider leurs enfants.

    Pour ma femme et moi ça ne devrait pas poser trop de problème pour l’aider au moins jusqu’au bac, même s’il faudra qu’on se replonge un peu dans les livres mais il est hors de question qu’il ne fasse pas ses devoirs et soit complètement largué ensuite (même si ça à été mon cas à une époque, je ne veux justement pas que ça arrive aussi à notre fille).

    Le neveu de ma femme est en 6ème et j’estime qu’il na même pas le niveau cm1.. Ses parents ont lâchés et ils estiment qu’il faut lui faire confiance, alors que non, pour nous, il na pas encore la maturité nécessaire pour mériter cette « confiance ».

    Et le nouveau système d’éducation sans note mais avec des ronds de couleurs, j’ai juste envie de dire « c’est quoi cette m….? »

    Bref oui l’école c’est à revoir, tout à fait d’accord, mais ce n’est peut-être pas une raison pour laisser nos enfants ne pas faire les devoirs et se retrouver ensuite comme le neveu de ma femme, c’est à dire totalement perdu fasse à une scolarité où il ne comprends plus rien…

  7. lucie vrana says:

    Je partage tout à fait ton avis, sachant que mes enfants n’en ont pas encore. Mais quand je vois que, déjà en maternelle, il faut avoir acquis telle et telle chose à telle période de l’année… Bah crotte, ce sont pas des robots tous foutus pareil, chacun son rythme, chacun ses intérêts… Vraiment pas hâte d’être en primaire.
    Mais en cas de devoirs, je dirais sincèrement à l’enseignant, en toute gentillesse, que la loi prévoit leur interdiction et que, de par mes convictions, je trouve qu’il s’agit d’une surcharge de travail inutile et source de stress. J’espère seulement que l’enseignant aura l’intelligence de ne pas prendre mon enfant en grippe… Bon je lui fournirais des études sur le sujet, s’il le faut, pour montrer que je suis pas une grosse feignasse inconsciente (je bosse 10H par jour avec 7 ans d’étude supérieure, a priori j’en ai bouffé des leçons et des devoirs)

N'hésitez pas à me faire part de vos avis.....