La Confiance

Quand on prend dans le dictionnaire la confiance : sentiment de sécurité de celui qui se fie à quelqu’un…. Pour nous parents, ce mot est assez compliqué à gérer, il s’apparente souvent à une frustration, à du stress, de la peur. Nous avons tous à des moments ou des situations, notre culture, notre éducation ou nos préjugés qui arrivent à grand galop, cette petite voix qui vient nous dire ATTENTIONNNNNN Danger, mais dans le fond ce danger est-il surmontable par notre enfant ou seulement insurmontable par nous mêmes ?!

macaron-rdv-education

Je participe aux Jeudis Education de Valérie !

Il y a maintenant 11 ans, je suis devenue mère….ouch, j’étais jeune, je tâtonnais énormément sur moi, ma façon de voir les choses. Le temps a passé, j’ai fait des erreurs, des choses que je ne fais plus de cette manière, bref, j’ai évolué, je me suis remise en question et encore plus depuis la naissance de ma deuxième. J’ai découvert des pédagogies innovantes, respectueuses de l’enfant et aussi agrandir la confiance envers son enfant. Depuis bien longtemps pourtant pour moi la confiance envers mon enfant est de mise, pas toujours pour la grande, alors j’essaie de faire encore mieux pour ma mini. Motricité libre, Montessori, Freinet, …. que des pédagogies bienveillante avec comme ligne conductrice la confiance vis à vis de son enfant qui grandit, découvre…

Rien qu’en observant les parents, je me dis que les enfants ne sont pas valorisés à leur juste manière, pourquoi occulter leurs demandes légitimes, pourquoi penser à tort qu’ils sont trop petits pour faire tel ou telle chose ? Sûrement par manque de temps, de patience, d’écoute, ou tout simplement par peur, peur qu’ils se blessent, qu’ils se fassent mal, qu’ils chutent, peur de l’échec…. Combien de fois par jour dites nous attention tu vas te faire mal, tu vas tomber….serions-nous devins ? Pouvons nous présumer de ce qui va arriver….et même si cela était le cas, ça passe aussi par là l’apprentissage des chutes avec de la sécurité, de la motricité. En appréhendant les choses, ne compliquons-nous pas les décisions de nos enfants ?

J’ai donc décidé, pas sans complication intérieure de prendre sur moi, et de faire confiance ….un vrai parcours du combattant. Ma mini explore tout, le moindre recoin, la moindre escalade…une vraie tornade, je tiens le coup, des fois je flanche, mon cœur et mes nerfs n’en peuvent plus, je dis donc STOP pour aujourd’hui. Quel bonheur de voir ma mini braver les « danger » que je croyais en être, elle est curieuse, fonceuse, dégourdie, très habile….elle en demande toujours plus !

J’évite d’utiliser les mots « attention », « ce n’est pas comme ça… », j’évite aussi de jouer à Mme Irma en prédisant les choses qui n’arriveront pas tel que « tu vas tomber » ou  » tu vas te faire mal ». J’évite aussi de lui montrer comment faire pour les choses abstraites, d’abord je la laisse expérimenter avec toutes ses capacités et ensuite si elle me demande de l’aide je viens à sa rescousse….je la laisse vivre et découvrir à son aise et elle adore ça :). Et si vous essayiez une journée pour voir ?

La confiance, un lien sacré, l’autonomie une liberté autant pour nous que pour nos enfants….seriez-vous à l’aise si on était toujours derrière vous à « surveiller » tous vos faits et gestes ? Auriez-vous envie d’aller de l’avant si on vous bridait ?

Lui faire confiance implique de le responsabiliser, non il n’est pas trop petit, dès très jeune ils peuvent aider, faire et ils adorent….ces actions les valorisent, les aident dans bien des domaines d’actions.

« L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir. » Maria Montessori ! Cette phrase prend tout son sens pour moi, du coup il a fallut revoir mon intérieur et réorganiser l’intérieure de la maison : mettre au possible les choses à sa hauteur ou l’aider à l’atteindre avec un marche pied ou autre. C’est ainsi que je me suis penchée sur la pédagogie Montessori, ces principes me parlent et me motive, à savoir la liberté, l’autodiscipline, l’action en périphérie, le respect et le rythme de chacun, l’apprentissage par expérience, l’activité individuelle et l’éducation une aide à la vie !

En clair cette pédagogie comme d’autres, sont là pour favoriser la confiance en soit, l’autonomie tout en permettant à l’enfant d’évoluer à son rythmes en liberté !

Pour être clair je vais commencer sérieusement à faire du yoga pour m’aider dans ce nouveau challenge 🙂 et surtout pensez à sécuriser ce qui devrait l’être en me mettant à la hauteur de ma fille de 22 mois !

J’avais lancé il y a quelques temps un appel à témoin pour me dire pour vous pourquoi vous avez peur de faire confiance ? en voici dans l’anonymat et le respect de chacun…

« J’ai 24 ans, je suis une jeune maman d’une poupée de 2 ans.
Déjà avant qu’elle naisse les angoisses étaient déjà là, je m’inquiétais toujours, à chaque rdv chez le gygy une énorme boule au ventre,j’avais toujours peur qu’il me dise que le coeur de mon bébé ne battait plus…
Le jour de sa naissance, encore, des angoisses, ma poupée est arrivée après terme et a été déclenché.. Au moment où elle est sortie j’ai sentie cette connexion si forte.
Les premiers mois ont été très difficile je ne dormais pas j’avais encore et toujours cette peur qu’elle arrête de respirer. Je m’étais procurer Angelcare pour pouvoir avoir quelques heures de répits. Le simple fait que quelqu’un d’autre que moi la prenne dans ses bras m’énervait fortement. La première fois ou j’ai du sortir sans elle j’ai pleuré comme une madeleine et ai abrégé mes courses pour être au plus vite auprès de mon bébé.
Ma bébé a 2 ans aujourd’hui je ne l’ai confier que 3 fois (1h) à mes parents.
L’année prochaine l’entrée à l’école risque d’être très dur.
Elle a des « problèmes » de sommeil depuis toujours (bébé se couche très tard, se lève très tôt et ne dort pas ou presque pas en journée) et depuis 6 mois des refus pour l’alimentation (elle pourrait ne rien manger de la journée ça ne la dérange pas) le médecin et pédiatre me disent que c’est l’angoisse de la séparation, et que son papa et moi sommes trop fusionnel avec elle mais malheureusement je ne me vois pas faire autrement. »

« Je n’ose pas laisser mes filles aller à l’école seules en primaire (800 mètres à faire), trop peur qu’il leur arrive quelque chose) »

La confiance pour que nos enfants se construisent sereinement avec leurs propres opinions, avec leur « moi » intérieur ! Laissons les faire et vous serez surpris du résultat 🙂

4

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

12 comments

  1. Jennifer Lartique says:

    Comme toute maman j’ai peur aussi pour ma fille. pour ce qui est de la laisser crapahuter ça va. Il est vrai que j’ai tendance à lui dire de faire attention à ce qu’elle fait quand je la voit mal partir mais je sais aussi la laisser faire même quand ça me mets la boule au ventre ! Exemple : peu de temps après savoir se mettre seule debout elle commençait déjà à escalader, elle adore monter debout sur son petit canapé ! J’ai vu vite que je ne pourrais pas l’en empêcher, je les bien bloqué dans un coin pour qu’elle ne puisse pas tomber en avant avec , elle a très vite compris comment en redescendre aussi ce qui est rassurant. J’ai toujours peur que dès que je tourne le dos elle chute et que je ne sache ce qu’il s’est passé mais j’essaie de me dire que les chutes font parti aussi de l’apprentissage et qu’ainsi elle prendra conscience des risques d’elle même.
    Lorsqu’on est en famille aussi, les gens (deux en particulier mais bon je leur en veut pas , ce n’est pas dans une mauvaise intention de leur part) ont tendance aussi à crier dès qu’ils voient qu’elle risque de chuter (apprentissage de la marche) ou qu’elle va se cogner ! Du coup je leur fait remarquer gentiment que si ils crient alors là elle aussi risque de prendre peur et de ne plus être sûr d’elle et donc ne plus oser faire les choses. Je suis pour la laisser faire, même si mon cœur fait des ratés dans ces cas là lol Et puis hier justement avec nounou on se disait que la puce devait avoir un détecteur intégrer car en général elle évite toujours les murs, chambranle de portes ou d’escalier de peu lol
    Être maman c’est avoir toujours cette peur tapis au fond de nous pour notre enfant, mais en être tellement fière également de le voir découvrir par lui-même. Il faut se faire confiance et lui faire confiance pour que lui puisse avoir confiance en lui-même aussi .

  2. Maman Mammouth says:

    Comme je te rejoints! Mon fils est un vrai casse cou! Mais je lui fais confiance, il se fait rarement mal… Ca n’est pas toujours facile comme tu dis…

    Après pour cette maman dont la puce a des soucis de sommeil et d’alimentation… Je ne pense pas que ça ait forcément un lien avec le « être trop fusionnel »… Je suis très fusionnelle avec mon bouchon, en 18 mois je ne l’ai laissé que 3 fois quelques heures… il dort mal, mange peu, pour autant il est très sociable et ne pleure pas si je dois le laisser, que ce soit 10 min ou 3h… Mais je comprends aussi ses inquiétudes, j’ai encore 2 ans devant moi avant l’entrée à l’école, je sais déjà que ça sera difficile, mais je sais aussi que ça sera sûrement beaucoup plus difficile pour moi que pour lui 🙂

    Pas toujours évident, mais tu as raison, il faut leur faire confiance… ils ont tellement de capacités qu’on n’imagine pas, notamment d’adaptation!

  3. valsita says:

    Je suis bien d’accord avec toi. La peur entraîne la peur, si on a peur pour eux, ils vont avoir peur aussi (et souvent sans autre raison)…. et si on leur fait confiance, ils auront confiance aussi … J’ai découvert récemment qu’avoir plus confiance en soi, leur permet d’avoir plus confiance en eux aussi. Ma fille disait « je crois, mais je ne suis pas sûre que…  » et je me suis rendue compte que c’est une expression que j’employais tout le temps… alors maintenant, j’essaie de me faire plus confiance… pour elle 😉

  4. sophie mum says:

    la confiance j’essaie de lui montrer que je suis fiere d’elle quand elle fait qqch de bien, et de moins bien aussi que si elle échoue c’est pas grave elle a tenté… J’ai bcp souffert que mon pere ne m’ai pas donné confiance en moi c’est ma fille qui m’a donné cette confiance en moi… a 26 ans…

N'hésitez pas à me faire part de vos avis.....