Avec une autre langue ou pas ? [éveil]

Je me suis toujours posé la question mais comment apprendre, donné envie à ma fille de découvrir une autre langue…. Autre chose que le Français je veux dire, en France nous sommes bon dernier quand à l’apprentissage des langues ! Pourtant je suis persuadée que le multilinguisme c’est l’ouverture sur le monde donc ouverture d’esprit. C’est aussi préparer nos enfants à l’avenir, si tu n’as pas encore remarqué à l’ère d’internet l’information est de plus en plus international et connaître une seconde langue est devenue presque indispensable….aidons nos enfants ! Avec l’aide de Durgyka je vais essayer d’éclairer ta lanterne, elle s’est prêtée au jeu de l’interview avec beaucoup de plaisir…

Logo-Lingua-Toys---Copie

Durgyka est d’origine Vénézuélienne et Toulousaine d’adoption, depuis toute petite petite elle voue une passion aux langues étrangères. Puis en grandissant, elle a décidé de devenir traductrice Anglais/Allemand/Espagnol. Le destin a mis sur sa route un futur mari Français et sont donc venus s’installés en France, elle continue à donner des cours d’Espagnol. Il y a deux ans Durgyka a envie de créer une boutique de livres et de jouets éducatifs liés bien entendu à l’enseignement des langues étrangères aux enfants !

A partir de quel âge peut on commencer à les initier à une autre langue ?

L’enfant peut apprendre une deuxième langue dès le plus jeune âge. Il faut savoir qu’un enfant peut apprendre, sans difficulté aucune, à comprendre et parler deux langues exactement de la même manière qu’il en apprend une seule. Votre enfant peut apprendre aisément une deuxième langue à 2 ans, 5 ans, ou 8 ans. A partir de 12 ans les choses commencent à se compliquer un petit peu, puisque l’oreille de l’adolescent devient sélective : C’est à dire que le cerveau ne perçoit plus que les sons (appelés phonèmes) pertinents pour la langue maternelle. Plus on vieillit, plus l’oreille devient sélective. Si les parents sont bilingue on commence dès le début, à condition d’imposer une langue maternelle dominante, c’est-à-dire de ne lui parler principalement qu’avec cette langue. Par exemple, si vous êtes un couple franco-anglophone, parlez toujours à votre enfant en français, mais ne vous privez pas de parler à votre conjoint en anglais. Votre enfant distinguera ainsi naturellement les sons de sa langue maternelle de sa « seconde langue », et s’y initiera presque spontanément.

Si tu es anxieux ou si tu ne vois toujours pas l’importance pour tes enfants…ou même si toi même tu ne parles pas de seconde langue nous t’aidons !

Il n’y a pas de recette miracle, mais il y a deux ou trois choses qu’il faut savoir lorsqu’on veut enseigner une seconde langue à un enfant. D’abord pour que l’apprentissage soit efficace il faut absolument que l’enfant soit exposé environ un tiers de son temps à la nouvelle langue. Puis, il est important que les parents (ou grands-parents, oncles et tantes…) qui lui parlent dans la nouvelle langue la maîtrisent bien. Ça ne veut pas dire qu’il faut que leur anglais (ou l’autre langue) soit parfait. Ils peuvent commettre quelques erreurs, mais ils doivent vraiment se sentir à l’aise dans cette langue. Sinon, il existe des crèches et des ateliers spécialisés dans l’apprentissage de l’anglais, de l’espagnol ou des langues régionales qui peuvent t’aider à faire ce travail. Enfin, l’apprentissage doit être un plaisir et surtout pas une contrainte. La langue est faite pour communiquer, ainsi demander à ton enfant de répéter mécaniquement (faire de l’anglais uniquement pour faire de l’anglais) ne sert à rien. C’est pourquoi le jeu reste le moyen privilégié de faire entrer la nouvelle langue, car le jeu nécessite toujours une communication. Donc jouons, pour ma part je vais essayer de mettre un créneau en place à partir de 20h nous n’allons parler que en Anglais…nous verrons bien !

L’enfant peut’il avoir des problèmes de langage ?

Dans le cas d’enfants bilingues, il peut y avoir des interférences entre les deux langues. Avec l’arrivée de cette nouvelle langue, l’enfant est en train d’acquérir de nouvelles compétences de communication. Il va apprendre à utiliser chacun des codes au moment opportun, exactement de la même façon qu’un enfant monolingue apprend qu’il y a des mots qu’il peut utiliser avec ses petits copains de la cour de récré et qu’il ne peut utiliser en classe. Enfin, souviens toi que plus d’un terrien sur deux et bilingue et que si en France on perçoit parfois les enfants bilingues comme des oiseaux rares, ce sont plutôt les sujets monolingues qui sont singuliers.

Des astuces, des outils, des fréquences ?

Bien sûr vous trouverez sur mon site toute une gamme de livres et de jeux éducatifs pour l’apprentissage des langues étrangères (ou pour renforcer l’apprentissage de la deuxième langue de la maison) Vous trouverez des articles en anglais, allemand, espagnol, arabe, chinois, etc.
Il y a également différentes structures comme Linguistic Loustic qui propose des ateliers ludiques en anglais et en espagnol à Lille, l’Association Dulala (d’une langue à l’autre) à Paris propose des ateliers ludo-éducatifs en plusieurs langues pour les enfants issues de familles bilingues. Ou encore les ateliers en espagnol de Casa Bilingue et en anglais de Kid n Play sur Toulouse. Il existe des structures similaires dans toutes les grandes villes de France. Je vous invite à visiter la page de mes partenaires pour en savoir plus.

Tu n’es pas encore Maman mais peux-tu nous parler de la place qu’aura ta culture dans ta famille ? L’éducation ?

En ce qui concerne l’éducation mon mari et moi on n’a jamais eu vraiment des grandes différences culturelles. A la base on s’est rendus compte qu’on avait été éduqués avec les mêmes valeurs. Il a des petites situations dans lesquelles, parfois, on n’est pas d’accord (ou on a des problèmes à se mettre d’accord): par exemple, si c’est une fille pour ou contre les boucles d’oreilles? (au Venezuela les filles sortent de la maternités avec les boucles d’oreilles. Mes premières photos sont du jour même de ma naissance et j’ai déjà des boucles d’oreilles ! Mon mari est contre et il considère ça une mutilation du corps de la fille à laquelle il faut lui demandé son accord. Donc, moi dans ce cas, je cède et si c’est une fille, pas de Boucle D’Oreilles… pour l’instant) ou le prénom (c’est un peu difficile de choisir un prénom facilement prononçable en français et en espagnol et qui ne réveille pas des moqueries).
Pour le reste on fera comme on a fait pendant ces 9 ans de vie commune : prendre le bon des deux cultures. C’est très bon un croissant le dimanche matin, mais c’est très bon aussi une « arepa » (une galette de maïs garnie) avec du « perico » (œufs brouillés avec des tomates et des oignons). Les « piñatas » pour les fêtes d’anniversaire il n’y a rien de mieux quand on est enfant… mais en petit comité à la française ! Pas les « piñatas » avec 50 invités à la vénézuélienne où il faut inviter la famille, les amis du petits et leurs deux parents ! Ou (petite discussion d’il y a 2 jours) à Noël les cadeaux sont apportés par le Père Noël ET El Niño Jesús (le Petit Jesus, c’est lui qui apporte les cadeaux aux petits vénézuéliens)…On va essayer, dans la mesure du possible, d’élever un enfant 100% français et 100% vénézuélien… on sait d’avance que ça sera un peu difficile.

Merci à Durgyka pour cet interview que j’ai trouvé pour ma part très intéressant, je suis persuadée du bien fondé d’apprendre à mes enfants une seconde langue, j’avoue aussi que ça demande de l’investissement personnel et financier…à quand en France les outils accessible à tous ?

Si tu es intéressé par cet univers je t’invite à aller sur sa page facebook et sur son site Linguatoys,. Je t’ai fait d’ailleurs une petite sélection de ce que j’aimerais avoir pour mes filles…

PicMonkey Collage

Et toi donc tu en es où avec les langues avec tes enfants ? Tu as des difficultés ? Des questions ? N’hésites pas ….

Rendez-vous sur Hellocoton !

Parce que l’imaginaire est le tout premier des voyages

La Boite aux histoires

602011_242532375887017_467061955_n

Cliquez pour accéder à son univers

Marie est une Maman, une femme et un auteur de livres jeunesse ! Son univers est fantastique, comme le dit très bien sa fille « Ses histoires reflètent l’expression de sa fantaisie et son optimisme naturel, tout en ouvrant l’esprit des petits au goût des mots, de l’imaginaire et de la découverte du monde qui les entoure. »

Son univers est atypique puisque ces livres sont écrit en Français et l’autre côté en Anglais, ce qui permet aux enfants de voyager différemment, de découvrir d’une façon ludique cette langue. Ces livres sont riches en vocabulaire, pour éveiller la curiosité de vos enfants et surtout de commencer très tôt cet apprentissage.

La boite aux histoires ce n’est pas que des livres, c’est aussi des doudous, des personnages créés par « C’est de famille », c’est aussi des comptines !

Ma fille a eu la chance de recevoir le livre d' »Adèle la coccinelle » « The Story of Adèle the Beetle » qui a perdu son point noir :)! Au début c’était un peu effrayant pour elle puisqu’à part à l’école l’Anglais elle le pratique peu ! D’abord elle a commencé par le côté français pour bien comprendre cette histoire…

Ce livre charmant aux airs poétiques, aux illustrations très ludiques et colorées, racontent l’histoire d’une petite coccinelle qui a perdu son point. Désespérée à le retrouver, elle consulte plusieurs personnes qui l’aidera à le retrouver, mais en vain. Nous retrouvons, entre autre, Mademoiselle Lacraie (une sauterelle, maîtresse d’école), Madame Quipic (une abeille, couturière), Rémi Dofasol (guêpe, joueur de clarinette), j’aime beaucoup les pseudos imagés. Pour poursuivre, Adèle a reçu beaucoup d’aide, mais le résultat n’était pas celui qu’elle souhaitait. Elle est rentrée triste à la maison, je vous laisse découvrir la fin de l’histoire en allant acheter ce livre magnifique !!!

La morale de cette histoire pour tous, c’est qu’il est important de demander de l’aide pour résoudre un problème et de ne pas lâcher prise car on peut trouver la réponse dans un endroit où on ne s’y attend pas.

Des histoires qui touchent des sujets importants à discuter avec les enfants, mais fait dans un langage simple et rigolo avec des images hauts en couleurs.

Je vous invite à consulter le site web créé par Marie Tibi, intitulé « La boîte aux histoires ». Il y a un extrait de L’histoire d’Adèle la coccinelle et bien plus. C’est un petit trésor à découvrir ! Vous pouvez, désormais, trouver L’histoire d’Adèle la coccinelle sur iPad si cela convient mieux pour vos lectures quotidiennes avec vos enfants…

Prochainement je vous raconterais l’histoire d' »Adrien et le stylo magique » « ADRIEN AND THE PEN OF CHARMS »

DSCF8808

DSCF8809

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :