Les petits Montessori #livres

Montessori, où comment avancer en respectant le rythme de chaque enfant, pour cela nous allons favoriser une ambiance sereine.

Marina a créé un magazine, pour vous proposer un support pour vous accompagner, ainsi que vos enfants dans cette pédagogie.

Pour tous vous dire et être totalement transparente avec vous, je n’ai pas été conquise par le numero 1, qui est un super cahier d’activité mais Montessori pas vraiment, aussi j’ai eu l’agréable surprise, d’être contacté par Marina, pour que nous travaillons de concert sur le sujet….

J’ai découvert une femme ouverte, compréhensive, à l’écoute, j’ai adoré collaborer avec elle 🙂

Pour l’instant je vous propose de découvrir l’interview de Marina et quelques pages du numéro 2 !

Peux-tu te présenter en quelques lignes stp ?

Je m’appelle Marina DEROUET, célibataire, 41 ans bientôt 42. Je suis éditrice de magazines spécialisés dans les loisirs créatifs. Je suis diplômée de L’EFAP (école française des attachés de presse). Je suis maman d’un garçon âgé de 16 ans qui se prénomme César. J’habite près de la ville de Gérone en Catalogne où se trouve la très fameuse école Montessori-Palau de réputation internationale et qui fait partie des trois meilleures écoles d’Espagne.

Comment cette idée de magazine t’est venue ?

L’idée était là, dans ma tête, depuis assez longtemps, mais c’est tellement compliqué de traduire sur papier une pédagogie qui se vit… que j’ai très souvent reporté ce projet !

Souvent, lors de dîners, on me posait de nombreuses questions sur cette pédagogie, sa différence : qu’est-ce que César faisait, apprenait, la différence avec un système classique etc. Les gens sont de plus en plus intéressés par les « écoles alternatives ». J’ai senti que c’était le bon moment car il y avait une vraie demande.

Je sais aussi parfaitement que ce sont des écoles réservées aux familles plutôt « aisées » (Dans l’attente que le gouvernement reconnaisse ces écoles pour qu’elles soit ouvertes à tous), et dans cette perspective, c’est aussi l’idée d’amener le « Montessori » à la maison.

En plus, l’idée de proposer « La fabrique Montessori », qui consiste principalement à fabriquer soi-même des objets pédagogiques, est un très bon moyen pour tous les parents d’aider leurs enfants à apprendre différemment !

Dans le second numéro, on proposera les fameuses lettres rugueuses qui sont en quelque sorte la base du Montessori, avec un long dossier explicatif et des petits exercices pour que les enfants apprennent en s’amusant !

En un mot pour toi pour qualifier Montessori ?

Premièrement, dans une école Montessori, on respecte le rythme de chaque enfant. C’est aussi l’école de la découverte, de l’autonomie, de la confiance en soi, de la bienveillance, de la nature (avec des potagers et des fermes, par exemple). C’est un monde où les réponses sont ouvertes.

J’aime beaucoup cet exemple : Un enfant part acheter 12 œufs ; en rentrant, il en casse 2… Combien lui en reste t-il ?… et bien au Montessori, on acceptera les réponses suivantes :

– 10

– 10 + les coquilles

– 10 + les jaunes d’œufs

– etc.

C’est une école où les réponses sont ouvertes, où l’on favorise la créativité, l’originalité, la différence… ce qui permettra aux enfants d’être plus tard des adultes avec un regard ouvert sur le monde. C’est sans doute pourquoi les patrons de Google, Amazon, ou Wikipédia viennent de Montessori !

En tant que parent Montessorien, n’as-tu pas eu envie de creuser cette pédagogie ?

Oui, bien entendu, j’ai découvert cette pédagogie grâce à César, mon fils. D’ailleurs, quand César est rentré en primaire et que je lui ai demandé s’il avait des devoirs, il m’a répondu « oui », mais que ce n’est pas obligatoire, c’est seulement s’il ressent le besoin d’approfondir la leçon.

C’est vrai qu’au début, c’est un peu déstabilisant, mais on s’aperçoit très vite que tout doit venir de l’enfant. Ça ne sert à rien de l’obliger à faire des choses… il faut qu’il trouve du plaisir, de l’envie à découvrir et à apprendre. C’est à lui et seulement à lui de décider. Ce n’est pas si simple !

Mais je vous avoue que j’ai toujours souhaité que mon fils aille dans une école « alternative ». J’aurais tellement aimé avoir eu cette chance. Ça aurait été une école pour moi !

Pourrait-on avoir quelques photos de cette école merveilleuse ?

Bien sûr, avec plaisir !

http://www.montessori-palau.net/

En tant que créatrice, quel est le plus frustrant pour toi dans cette pédagogie ?

C’est une pédagogie qui n’accepte pas trop de fioritures, de couleurs, les illustrations, l’esthétique est laissé de côté. Il faut être toujours au plus près de la vérité sans jamais trop la déformer… Alors qu’avec mes autres magazines, je passe mes journées à essayer de faire rêver, de donner envie de faire… Donc, c’est bien différent !

Que pense ton fils de cette pédagogie avec le recul ? Va t-il donner cette éducation à ses enfants ?

César a toujours été très heureux et à l’aise avec cette pédagogie, en même temps, il ne connaît que celle-ci… Je lui ai posé la question : tout dépendra si une école se trouve près de l’endroit où il habitera, et bien sûr de ses moyens financiers, car c’est une école qui a un coût certain.

Comment te sens tu avant la sortie du 2 ème numero ?

Je suis impatiente de connaître les réactions pour ce deuxième numéro. Ce que je voudrais, vraiment, c’est arriver dans quelques numéros avec l’aide formidable de tous, à réussir à offrir un magazine qui permettra à tous les parents de découvrir cette pédagogie et d’en faire profiter leurs enfants à la maison.

As-tu une citation que tu souhaites nous partager qui te définirait ?

J’aime beaucoup une citation d’Antoine de Saint Exupéry : « Fais de ta vie un rêve et de ton rêve une réalité ». Je suis quelqu’un qui entreprend, qui ose, qui risque, qui décide. J’ai eu la chance de toujours faire ce dont j’avais envie dans ma vie ! Avec un prix à payer ! Car cela demande une énergie considérable et une confiance en soi énorme.

Quel fut le plus dur pour toi dans la conception du numero 2 ?

De réussir à compiler toutes les remarques, toutes les suggestions, et de trouver des compromis pour en faire un numéro encore plus proche de la pédagogie « Montessori », mais à la maison. Un numéro qui respecte au mieux les grands principes de la pédagogie.

As-tu quelque chose à rajouter pour mes lectrices/lecteurs ?

Je ne peux que les encourager à acheter ce numéro, et à me faire part de leurs remarques et de leurs suggestions, toutes si utiles. Je suis à l’écoute de chaque commentaire qui m’est adressé. Je sais que je marche sur des œufs… donc, je suis prête à partager

Rendez-vous sur Hellocoton !

N'hésitez pas à me faire part de vos avis.....